Solidaritas Rakyat Papua invite les Papous à défendre Haris Azhar et Fatia Maulidyanti

Haris Azhar, c’est nous et nous sommes Haris Azhar. Ce qui a été fait à Haris Azhar et Fatia aujourd’hui, il est possible que nous le vivions plus tard

Jubi TV – Solidarité du peuple papou (Solidaritas Rakyat Papua) a exprimé une position commune avec Haris Azhar et Fatia Maulidyanti à Manokwari, en Papouasie occidentale.

Haris Azhar et Fatia Maulidiyanti ont été désignés comme suspects par la Police métropolitaine du Grand Jakarta (Polda Metro Jaya) à la suite d’un rapport établi par le Ministre de la coordination des affaires maritimes et des investissements, Luhut Binsar Pandjaitan.

Un certain nombre de personnes membres de l’association Solidaritas Rakyat Papua ont demandé au Chef de la police nationale (Kapolri), le général Listyo Sigit Prabowo, d’émettre un Ordre de fin d’enquête (SP3) contre la désignation de Haris Azhar et Fatia Maulidiyanti comme suspects.

Parmi ces personnes figurent le coordinateur du YLBH Sisar Matiti, Yohanes Akwan, le coordinateur de KontraS de Papouasie, Samuel Awom, le membre du Pilar Pemuda Manokwari, Jack Kapisa, la membre de Perwakilan Perempuan Papua, Tuti Mahmud, et le Parlemen Jalanan (Parjal).

« Haris Azhar, c’est nous et nous sommes Haris Azhar. Ce qui a été fait à Haris Azhar et Fatia aujourd’hui, il est possible que nous le vivions plus tard », a dit le président du Parlement Jalanan (Parjal), Ronald Mambieuw, mardi (22/3/2022) soir.

Ronald invite tous les Papous à ressentir ce que Luhut Binsar Pandjaitan a infligé à ces deux activistes des droits de l’homme et de l’humanitaire.

« En tant que Papous, nous devons être aux côtés de Haris Azhar et de Fatia, car ils ont été désignés comme suspects pour avoir discuté des problèmes de la Papouasie », a rappelé Ronald.

Le coordinateur de la LBH (Institut d’aide juridique) Sisar Matiti, Yohanes Akwan, a proposé deux options pour soutenir Haris et Fatia, dont celle de demander à la police, par des manifestations, de libérer Haris et Fatia en leur délivrant un SP3.

« Le chef de la Police nationale (Kapolri) doit ordonner au chef de Polda Metro Jaya de délivrer des SP3 pour Haris Azhar et Fatia Maulidiyanti », a indiqué Akwam.

Parce que la désignation du suspect est inconstitutionnelle en ce qu’elle viole la liberté d’opinion, a-t-il ajouté.

Il a demandé au ministre coordinateur de Marves et au gouvernement de comparer les données et les faits avec ceux présentés par Haris et Fatia.

« Si cette mesure n’est pas prise, nous l’utiliserons pour poursuivre la politique d’investissement de l’État, qui a été défavorable aux Papous, sur le plan matériel et immatériel », a-t-il souligné.

« Au nom de la transparence publique, nous demandons au ministre coordinateur de Marves de publier les chiffres des investissements en Papouasie et en Papouasie occidentale », a-t-il demandé.

Les données soumises par Haris Azhar et Fatia Maulidiyanti doivent être utilisées par la police pour mener une enquête plus approfondie.

« Si la police peut découvrir la mafia foncière, la mafia du bois et d’autres crimes, pourquoi elle ne peut pas mener une enquête à partir des données présentées par Haris et Fatia ? », a questionné Samuel Awom.

Par ailleurs, un avocat papou, Metusalak Awom, a indiqué que l’État ou la police n’avaient pas encore mené d’enquête approfondie sur ce qu’ont dit Haris et Fatia.

« Si Luhut est offensé par cela, il aurait dû utiliser les bonnes méthodes pour prouver ce que Haris et Fatia ont dit », a-t-il dit.

La Solidaritas Rakyat Papua qui défend Haris Azhar et Fatia Maulidiyanti est composée d’un certain nombre d’activistes et d’avocats papous. Dans un avenir proche, ils organiseront une manifestation à Manokwari pour soutenir les deux activistes des droits de l’homme qui ont été désignés comme suspects.(*)

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Previous post Komnas HAM supervise des cas de violations présumées des droits de l’homme à Wamena, Paniai et Wasior