L’État doit faire confiance au gouvernement local pour gérer le fonds d’autonomie spéciale de la Papouasie

Jayapura, Jubi – L’État doit faire confiance au gouvernement local pour gérer le fonds d’autonomie spéciale (Otsus) de la Papouasie afin de développer les ressources humaines, économiques et communautaires de la Papouasie. C’est ce qu’a déclaré le chef de l’Agence de planification du développement régional de la province de Papouasie occidentale, Dance Sangkek, lors du séminaire en ligne « Regarder la Papouasie 20 ans à l’avance » organisé par l’Agence nationale de planification du développement (Bappenas), jeudi (9/11/2021).

Selon Sangkek, le processus de rédaction de la Loi n° 2 de 2021 concernant le deuxième amendement à la Loi d’autonomie spéciale de la Papouasie (révision de la Loi d’autonomie spéciale de la Papouasie) suggère qu’il existe une méfiance entre le gouvernement central et les gouvernements régionaux en Papouasie.  Sangkek a donné un exemple concret, la loi réglemente le calcul de l’allocation des financements qui doit être déterminée exclusivement par le gouvernement central.

« L’allocation des fonds d’Otsus est calculée directement depuis le début, combien de fonds sont pour le gouvernement provincial et combien de fonds sont pour les gouvernements de régence et de ville. Alors, la question se pose, où est-ce que l’Otsus est exactement réalisée ? À Jakarta, au milieu entre Jakarta et la Papouasie, ou bien au niveau du gouvernement provincial, ou encore où ? La confiance doit être établie », a-t-il déclaré.

Sangkek a dit que la mise en œuvre d’Otsus en Papouasie occidentale nécessite une mise en œuvre conjointe entre les gouvernements provinciaux et les régences/villes. Cependant, cela ne pourra pas se faire comme avant, car le montant des fonds d’autonomie spéciale reçus par le gouvernement provincial de Papouasie occidentale a beaucoup diminué après la promulgation de la Loi n° 2 de 2021.

Sangkek a fait remarquer qu’il y avait un certain nombre de programmes qui étaient auparavant financés par le fonds d’autonomie spéciale géré par le gouvernement provincial de Papouasie occidentale et qui ne pouvaient pas être poursuivis après la promulgation de la nouvelle loi. « Par exemple, le programme Prospek. Habituellement, le gouvernement provincial transfère directement les fonds aux districts, aux villages. (Un autre programme qui ne peut être poursuivi est) le programme d’autonomisation des entrepreneurs indigènes papous et la nomination directe des membres de la police, des membres de TNI et des médecins. Ce programme est généralement financé par ces fonds-là, mais il ne peut plus être réalisé », a-t-il poursuivi.

Sangkek a souligné que le gouvernement provincial devrait avoir l’autorité sur les fonds afin que les programmes existants menés par le gouvernement provincial et les gouvernements des régences/villes puissent fonctionner en synergie. Ainsi, la mise en œuvre du fonds d’autonomie spéciale peut être optimisée jusqu’au plus bas niveau. « Nous espérons qu’à l’avenir la Papouasie sera meilleure et que Jakarta doit faire confiance au peuple papou pour que la Papouasie puisse encore exister dans l’État unitaire de la République d’Indonésie », a-t-il souligné.

L’adjoint chargé du suivi, de l’évaluation et du contrôle du développement à Bappenas, Taufik Hanafi, a déclaré que la préparation du plan directeur pour l’accélération du développement en Papouasie 2022 – 2041 pourrait être un élan important pour l’État afin d’encourager le développement en Papouasie pour une Papouasie plus avancée, plus juste et plus prospère, pour être égale aux autres régions d’Indonésie.

« C’est pourquoi il est nécessaire d’établir un plan directeur qui soit parfaitement ciblé et en synergie avec les objectifs de développement énoncés dans la Constitution de 1945, les objectifs de développement durable, la vision 2045 de l’Indonésie et d’autres documents de planification du développement », a-t-il précisé.

Monteur: Aryo Wisanggeni G

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Previous post Soutenez le rôle des femmes dans les espaces publics pour prévenir la violence
Next post Les réfugiés de Kisor visitent leurs villages