Les réfugiés de Maybrat veulent retourner dans leur ville natale pour fêter Noël

Enarotali, Jubi – Être réfugié, ne pas recevoir d’attention et être loin de chez soi, voilà ce que ressentent aujourd’hui environ 3 121 habitants de Maybrat, en Papouasie occidentale. Les réfugiés sont maintenant dispersés à Ayawasi, Kumurkek, Fategomi, Sorong, Sud Sorong, Bentuni et certains sont encore dans la forêt.

Le pasteur Dr Bernardus Baru, du diocèse de Sorong-Manokwari, a dit que les habitants avaient fui leur ville natale et tous leurs biens à cause du conflit armé.

« Les réfugiés ont été troublés par cette situation, ils ont souvent exprimé leur intention de retourner dans leur ville natale. Certains réfugiés sont même retournés dans leurs villages en secret et y vivent en toute vigilance. Ils ont souvent fui dans la forêt lorsqu’ils ont appris que les forces de sécurité étaient venues dans leur village », a-t-il expliqué à Jubi via son téléphone portable, mardi (30/11/2021).

L’intention des habitants de retourner dans leur village natal, a-t-il poursuivi, était également fondée sur leurs observations, selon lesquelles il n’y avait pas eu de contact armé entre les TNI/Polri et le TPNPB d’OPM et sur le fait que l’entreprise de bois, PT Bangun Kayu Irian, située dans cette zone de conflit, fonctionnait toujours en toute sécurité. « Cela indique que leur village est sûr et qu’ils pourront bientôt rentrer chez eux », a-t-il ajouté.

« Les résidents pensent aussi qu’avec l’élan de décembre 2021 comme mois sacré pour ceux qui sont majoritairement chrétiens, ils veulent retourner dans leurs villes natales, ils veulent reconstruire la vie dans leurs villages et célébrer Noël tranquillement avec leurs familles », a-t-il précisé.

En tant que membre de la Coalition civile pour les réfugiés de Maybrat, il a également demandé au gouvernement central, au TNI, au Polri et au TPNPB, dans toutes les zones de conflit armé en Papouasie, de procéder immédiatement à un cessez-le-feu (pause humanitaire) et de résoudre le conflit de manière pacifique.

« Nous exhortons également le commandant du TNI et le chef de la police nationale à cesser immédiatement toute opération à Maybrat, à retirer toutes les troupes et à révéler où se trouve Manfred Tamunete et à le rendre à sa famille », exhorte-t-il. La coalition exhorte également le gouvernement de la régence de Maybrat à rapatrier immédiatement 3 121 réfugiés et à fournir des garanties de sécurité aux résidents.

L’avocat de PAHAM Papua, Yohanis Mambrasar, a souligné que cela fait presque trois mois que plus de 3 121 réfugiés vivent dans des camps de réfugiés. Les réfugiés ont été dispersés, certains se sont réfugiés dans d’autres villages ou régences, d’autres se sont installés dans leurs maisons familiales et d’autres se sont réfugiés dans la forêt en vivant dans des huttes temporaires.

« À présent, les réfugiés commencent à avoir des problèmes avec leurs besoins alimentaires, leurs besoins de santé, leurs besoins économiques et d’autres besoins. Au cours du premier mois, ils ont été en mesure de répondre à leurs besoins grâce au soutien de leur famille et à l’aide du gouvernement. Cependant, cette aide gouvernementale ne touche pas les réfugiés qui se trouvent en dehors de la localité de Maybrat et dans la forêt », a-t-il expliqué.

Mais aujourd’hui, a-t-il poursuivi, à partir du troisième mois, les réfugiés commencent à souffrir de pénuries dans leurs camps. « Les réfugiés ont commencé à ne plus être en mesure de satisfaire leurs besoins alimentaires, sanitaires, économiques et autres besoins personnels ».

Monteur: Kristianto Galuwo

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Previous post Le comité de délibération du MRP a organisé un atelier pour l’évaluation du programme
Next post 60 ans que l’Étoile du matin flotte sur la terre de Papouasie