Les huit leveurs de drapeau de l’Étoile du matin sont soupçonnés de trahison

Jayapura, Jubi – Les huit personnes qui ont hissé le drapeau de l’Étoile du matin au GOR Cenderawasih, à Jayapura, mercredi (1/12/2021) ont finalement été nommées comme suspects pour trahison présumée. La décision a été annoncée par le chef des relations publiques de la police provinciale de Papouasie (Polda Papua), Ahmad Musthofa Kamal, à Jayapura, jeudi (2/12/2021).

Il a expliqué qu’ils ont été désignés comme suspects de trahison après avoir fait l’objet d’un examen approfondi par les enquêteurs de la Direction des enquêtes criminelles générales (Direskrimum) de Polda Papua et qu’une enquête a été menée sous la direction du directeur de la Direskrimum, Faisal Ramandani.

Kamal a expliqué qu’ils seraient accusés de l’article 106 du Code pénal en conjonction avec l’article 110 du Code pénal en conjonction avec l’article 87 du Code pénal concernant la conspiration pour commettre une trahison. « L’enquête sur cette affaire a été menée basée sur le rapport de police LP/A/182/XII/2021/SPKT.Ditreskrimum/Polda Papua daté du 1er décembre 2021 », a expliqué Kamal à Jayapura, jeudi.

Il a ajouté que les enquêteurs soupçonnaient le suspect MY ou M d’avoir joué le rôle de leader de l’action et d’avoir hissé le drapeau de l’Étoile du matin. M est également soupçonné d’avoir fabriqué des drapeaux et des bannières, ainsi que d’avoir dirigé une réunion de préparation de la commémoration du 1er décembre qui a eu lieu le mardi (30/11/2021) près du dortoir de Maro.

Par ailleurs, les sept autres personnes ont participé à l’action d’hissage du drapeau et à la longue marche du GOR Cenderawasih jusqu’au bureau de DPR Papua. Ils ont déployé des bannières tout en chantant des chansons et en criant « La Papouasie est libre » (Papua Merdeka). Les sept participants ont également assisté à la réunion du 30 novembre.

Kamal a révélé que les huit suspects sont actuellement détenus au centre de détention du quartier général de la police de Papouasie pour faire l’objet d’autres procédures judiciaires. « La détention était basée sur les mandats de détention n° 197, 198, 199, 200, 201, 202, 203 et 204, datés du 2 décembre 2021 », a-t-il dit.

Monteur: Aryo Wisanggeni G

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Previous post L’hissage du drapeau de l’Étoile du matin dans les six régions de Papouasie doit être une réflexion pour tous les partis
Next post Le Bureau du procureur général forme une équipe pour enquêter sur le cas grave des droits de l’homme de Paniai