Les conflits au nom de la « guerre tribale » portent mal aux Papous indigènes

Jayapura, Jubi – Les conflits ou les disputes entre groupes de Papous indigènes au nom de « guerres tribales » ne peuvent être justifiés par les coutumes ou la culture des Papous indigènes. Les conflits entre groupes de Papous indigènes ne sont pas un moyen pertinent de résoudre les problèmes, car ils portent mal aux Papous indigènes et prolongent souvent le problème.

C’est ce qu’a déclaré le facilitateur du Secrétariat conjoint du Conseil coutumier des tribus papoues basé à Timika, le révérend Deserius Adii, samedi (15/1/2021). Adii a déclaré que les guerres tribales étaient des activités menées par les Papous indigènes avant qu’ils connaissent la religion et le droit positif.

« Pour les Papous, il n’est plus de l’époque l’on s’attaque et s’entretue. Les guerres tribales peuvent également (être utilisées à mauvais escient comme) un moyen d’exterminer les populations ethniques et tribales en Papouasie », a rappelé Adii.

Adii a dit que des conflits entre groupes de Papous indigènes, soi-disant « guerres tribales », ont eu lieu à plusieurs reprises à Kwamki, une colonie de sept tribus papoues indigènes à Timika, la capitale de la régence de Mimika. Les conflits au nom de groupes ethniques ou de clans de Papous indigènes ne font en fait que du tort aux Papous indigènes.

« Les Papous doivent se rendre compte que les guerres tribales ne sont pas un moyen positif de résoudre les problèmes. En fait, la guerre va donner naissance à de nouveaux problèmes et à de nouvelles difficultés », a-t-il assuré.

Adii a affirmé que le Secrétariat conjoint du Conseil coutumier des tribus papoues continue de lutter contre l’idée que les guerres tribales sont les coutumes et la culture des Papous autochtones. « Puisqu’avec la mention des guerres tribales, les gens ont une justification pour s’entretuer. Ils suivent les lois tribales comme si les tribus en guerre vivaient dans leur propre pays. Le droit positif devrait être appliqué et non plus le droit de s’entretuer », a-t-il ajouté.

Il a également critiqué les forces de l’ordre qui n’appliquent pas strictement les lois positives indonésiennes pour empêcher la propagation des conflits entre les groupes d’indigènes papous. « Les groupes en guerre s’attaquent et s’entretuent sous les yeux des forces de sécurité, mais elles ne peuvent pas faire appliquer les lois positives qui s’appliquent en Indonésie », a-t-il relevé.

Adii invite chaque membre de la communauté à prendre conscience que la violence et le fait de s’entretuer violent certainement la loi de Dieu. « Dans cette guerre tribale, qui perd, qui pleure, qui se lamente, qui gagne après qu’on s’est battu ? Personne d’autre, nous sommes ceux qui pleurent, nous sommes ceux qui portent le deuil et nous sommes ceux qui perdent. En tant que membre du peuple autochtone, soyez immédiatement conscient de cela », a-t-il encore rappelé.

Adii a précisé que les conflits entre groupes de Papous indigènes qui ont eu lieu dans les régences de Puncak et de Jayawijaya ont également causé de grandes pertes pour les Papous indigènes. Ils ont provoqué l’incendie de nombreuses maisons, empêché les enfants d’aller à l’école, empêché les gens de pratiquer leur culte, fait vivre les habitants dans la peur et le traumatisme et fait des dizaines de morts et de blessés.

Adii a souligné que les conflits entre groupes d’indigènes papous ont fait des victimes en vain. « La guerre tribale (a infligé) un grand traumatisme, causant des dizaines de victimes tombées en vain. En tant que chefs coutumiers, nous appelons les peuples indigènes à faire la paix et à réaliser immédiatement leurs erreurs. Il ne devrait plus y avoir de victimes dans ces conflits », a annoncé Adii.

Il a indiqué que les Papous autochtones ne devaient plus porter d’armes traditionnelles telles que des arcs et des flèches et a espéré que ces armes traditionnelles ne feraient plus l’objet d’un commerce. Il a demandé aux responsables de l’application des lois d’interdire strictement le port d’armes traditionnelles.

« Nous demandons aux forces de sécurité d’assurer une sécurité stricte à l’aéroport et d’interdire le port d’armes traditionnelles. Nous rejetons les conflits sociaux qui se résolvent en s’attaquant les uns aux autres, ce qui peut causer la perte de dizaines de vies humaines. Nous espérons également que les forces de l’ordre feront appliquer le droit positif », a-t-il demandé.

Le représentant de l’Association des étudiants et des élèves de Jayawijaya, Imanus Komba, espère également que les conflits entre les groupes de Papous indigènes ne se répéteront pas. « En tant que Papous, nous devons travailler ensemble pour maintenir la paix en Papouasie. Nous espérons que les problèmes qui se posent seront résolus avec un état d’esprit tourné vers l’avenir », a-t-il espéré.

Monteur: Aryo Wisanggeni G

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Previous post Un sénateur de Papouasie occidentale proteste au chef de la police nationale : L’Opération de paix de Cartenz est raciste à OAP
Next post Les coups de feu reprennent à Kiwirok, un membre de Brimob est abattu