Le Bureau du procureur général forme une équipe pour enquêter sur le cas grave des droits de l’homme de Paniai

Jakarta, Jubi – Le Bureau du procureur général (Kejagung) a formé une équipe pour enquêter sur les allégations de violations graves des droits de l’homme à Paniai, en Papouasie, en 2014. « Le procureur général Burhanuddin, en tant qu’enquêteur sur les violations flagrantes des droits de l’homme, a signé une lettre de décision pour former l’équipe », a déclaré le chef du centre d’information juridique du Kejagung, Leonard Eben Ezer Simanjuntak, cité par Antara, vendredi (3/12/2021).

Leonard a affirmé que son bureau avait publié le décret du procureur général n° 267 de 2021 du 3 décembre 2021, qui a été signé par le procureur général Sanitiar Burhanuddin.

La décision a été prise après avoir pris en compte la lettre du président de la Commission nationale des droits de l’homme (Komnas HAM) n° 153/PM.03/0.1.0/IX/2021 du 27 septembre 2021 concernant la réponse sur le retour du dossier d’enquête de la violation flagrante des droits de l’homme de 2014 à Paniai en Papouasie à compléter.

« Il s’avère qu’il n’y a pas encore assez de preuves, donc une enquête générale est nécessaire pour trouver et collecter des preuves concernant cette affaire », a ajouté Leonard.

La lettre, qui a été signée par le procureur général, officialise la formation d’une équipe chargée d’enquêter sur les allégations de violations graves des droits de l’homme à Paniai en 2014, composée de 22 procureurs seniors et présidée par le procureur général adjoint chargé des crimes spéciaux, Ali Mukartono. L’équipe va alors rechercher et collecter des preuves suffisantes pour faire la lumière sur les violations flagrantes des droits de l’homme qui auraient été commises, afin d’en trouver les auteurs.

Auparavant, Ali Mukartono a révélé lundi (22/11) que son équipe va enregistrer et rassembler des rapports sur les cas de violations flagrantes des droits de l’homme, à la suite de l’ordre du Procureur général de prendre des mesures stratégiques pour accélérer la résolution de dizaines de cas graves de violations des droits de l’homme.

Ces affaires comprennent l’incident de 1965-1966 ; la fusillade mystérieuse (Petrus) (1982-1985) ; l’incident de Talangsari (1989) ; la tragédie de Rumoh Geudong Aceh (1990-1999) ; les cas d’enlèvement et de disparition forcée de personnes (1997-1998) ; les événements de Trisakti, Semanggi I et Semanggi II (1998) ; les émeutes de mai 1998 ; et l’incident de Simpang KAA (1999) à Aceh. Quant à l’affaire Paniai, elle est relativement récente, car elle s’est produite après la création de la Loi n° 26 de 2000 concernant la Cour des droits de l’homme.

Monteur: Edi Faisol

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Previous post Les huit leveurs de drapeau de l’Étoile du matin sont soupçonnés de trahison
Next post Le ministre Mahfud assure que le cas de violation présumée des droits de l’homme de Paniai soit traité