L‘arme d’un membre de TNI à Sinak a disparu, des enfants ont été arrêtés, l’une d’entre eux est mort

Jubi TV – Une enfant qui est encore en quatrième année à Sinak est morte après avoir été persécutée par les forces de sécurité à Sinak. Makilon Tabuni, la victime décédée, avait déjà été arrêtée avec six autres enfants pour avoir prétendument volé des armes appartenant à des membres de TNI à Sinak.

La victime Deson Murib avec ses parents alors qu’il est soigné à l’hôpital Sinak – IST

L’information sur la mort de Makilon a été transmise par un résident de Sinak à Jubi, vendredi (25/2/2022). Ce résident a raconté que le 20 février 2022, deux jeunes ont été soupçonnés d’avoir pris une arme appartenant à un membre de TNI autour de l’aéroport de Tapulinik Sinak, dans la régence de Puncak, en Papouasie. Après que les membres de TNI aient découvert que leurs armes avaient été volées, ils ont poursuivi la personne qui avait pris l’arme dans le village de Kelemame. Ils l’ont poursuivi autour de trois églises, à savoir l’église GKII Kelemame, l’église GKII Kumisila et l’église GKII Mogolu.

La victime, Pingky Wanimbo, est toujours soignée à l’hôpital Sinak. – IST

« La poursuite a eu lieu suite à la perte d’une arme vers 19.00 – 20.00 heures du soir. Au cours de la poursuite, les forces conjointes TNI/Polri ont arrêté sept enfants d’âge scolaire. Certains d’entre eux sont scolarisés à SD Inpres Kelemame et SD Inpres Sinak. Les sept enfants sont Deson Murib, Makilon Tabuni, Pingki Wanimbo, Waiten Murib, Aton Murib, Elison Murib, Murtal Kulua », a-t-il expliqué à Jubi, vendredi (25/2/2022).

Ce résident a poursuivi qu’après avoir arrêté les enfants, les officiers TNI/Polri ont emmené les enfants qui n’étaient pas au courant du problème dans un camp à l’aéroport de Sinak pour les interroger. Les sept enfants ont été soupçonnés d’avoir été violemment battus par les officiers TNI/POLRI, puis ils ont été emmenés au poste de police de Sinak.

« Les enfants ont été torturés par des officiers TNI/POLRI, ce qui a entraîné la mort de la fille du chef du village de Kelemame, Maluk Tabuni, qui s’appelle Makilon Tabuni », a-t-il déclaré. Jusqu’à présent, six autres victimes sont soignées à l’hôpital.

Des habitants attendent un camion appartenant à PT Moderen à l’aéroport de Sinak pour transporter des marchandises vers le centre du district de Sinak. En arrière-plan, on aperçoit le poste de TNI à l’aéroport de Sinak. – Jubi/Yuliana Lantipo

Un professeur de lycée à Sinak, dont les initiales sont YK, a admis avoir également reçu des informations de la communauté de Sinak. Il n’était pas à Sinak au moment de l’incident, il était à Timika. Cependant, comme il y a un membre de sa famille parmi les enfants arrêtés, il a reçu des informations de sa famille il y a deux jours, après que le corps de Makilon Tabuni ait été incinéré.

« Makilon Tabuni est une élève de quatrième année à SD Inpres Sinak, dans la régence de Puncak. Son corps a été incinéré le 24 février 2022 à côté de la résidence du chef du district de Sinak. Makilon est la fille du chef du village de Kelemame », a-t-il ajouté.

YK a ajouté que sa famille lui a dit qu’après l’incinération du corps de Makilon, la communauté locale a demandé que les six personnes encore détenues soient libérées afin qu’elles puissent être soignées à l’hôpital. Finalement, les six enfants qui étaient détenus au poste de police de Sinak ont été libérés et soignés à l’hôpital.

« J’ai obtenu des informations sur cet incident par ma famille. Pourtant, nous devons vérifier à nouveau cette nouvelle auprès des habitants de Sinak.  En ce moment, il est difficile de téléphoner à Sinak », a indiqué YK, qui est également l’administrateur de l’église GKII à Sinak.

YK a poursuivi en disant qu’après avoir reçu un traitement à l’hôpital Sinak, Deson Murib a été envoyé à l’hôpital Timika. Deson aurait dû partir vendredi dernier, mais parce qu’il n’y avait pas d’avion, sa famille a annulé le départ de Deson. « Nous attendons, s’il y a un avion aujourd’hui, Deson partira se faire soigner à Timika », a déclaré YK.

Le corps de Makilon Tabuni apporté par sa famille pour être incinéré. – IST

Selon d’autres informations reçues par Jubi, le vol de cette arme a eu lieu à 22 h 15 à l’aéroport PT. Modern Bandara Tapulunik Sinak. Le vol a été perpétré par trois personnes dont les noms ne sont pas encore connus. Cet incident a eu lieu le soir lorsque tous les membres des forces de sécurité et la communauté autour de l’aéroport de Tapulunik jouaient à des jeux de toto et de dés qui se déroulaient dans le périmètre de la société PT Modern.

Au même moment, plusieurs enfants et jeunes étaient en train de regarder la télévision au poste de sécurité de PT. Modern. Trois jeunes soupçonnés d’être des voleurs ont vu devant eux une arme à feu laissée par des membres du poste de sécurité de PT. Modern. Les trois jeunes ont immédiatement pris l’arme et ont disparu. Après qu’il a été découvert que les trois avaient disparu avec les armes, d’autres enfants qui regardaient la télévision ont été accusés d’être impliqués dans le vol des armes, interrogés et soumis à la torture.

« À ce jour, les TNI/Polri continuent de poursuivre les trois personnes », a affirmé une autre source de Jubi. Il a ajouté que depuis que les forces de sécurité ont mené la poursuite, le réseau 4G de Telkomsel dans le district de Sinak a été éteint, ce qui rend difficile l’obtention d’informations complètes. « Nous demandons un plaidoyer médiatique et juridique concernant cet incident », a-t-il ajouté.

D’autres informations recueillies par Jubi indiquent que le mardi (22/2/2022) vers 16 h 00, dix militaires dirigés par M. Gatot Mustafa H. ont effectué des patrouilles autour de la piste de l’aéroport de Sinak. L’équipe de patrouille s’est ensuite dirigée vers la poste de PT. Modern pour utiliser le Wi-Fi et envoyer des rapports.

Bureau de PT. Modern à Sinak – Jubi/Yuliana Lantipo

Vers 19 h 00 la nuit de l’incident, le soldat de seconde classe Kristian Sandi Alviando, membre de l’équipe de patrouille, s’est rendu dans la salle de télévision de PT. Modern pour regarder la télévision. Une heure plus tard, le soldat de seconde classe Kristian Sandi Alviando, qui regardait la télévision, a hurlé que son arme avait été arrachée par derrière par un inconnu alors qu’il était en train de regarder la télévision.  Sachant que la prise d’armes avait eu lieu, l’équipe de patrouille a lancé une poursuite. Cependant, à cause de l’obscurité et d’un épais brouillard accompagné de pluie, la poursuite n’a pas abouti.

En plus de l’arme à canon long de type SS2, un magasin et 25 cartouches de calibre 5,56 ont également été confisqués. À 20 h 40, le premier lieutenant M. Gatot Mustafa H. a signalé l’incident au commandant de Koramil de Sinak, au commandant adjoint de la force opérationnelle du bataillon d’infanterie R 408/SBH, au chef de la police de Sinak, au commandant du poste de Maleo et à la force opérationnelle de la brigade mobile BKO pour qu’ils effectuent une recherche du suspect. Auparavant, vers 20 h 00, des coups de feu ont été entendus à 5 reprises, mais on a découvert par la suite que les coups de feu provenaient de l’alentour de poste TNI 521 de l’aéroport.

Les 12 membres de la sécurité conjointe sont ensuite partis pour le poste 521 de TNI afin d’apporter leur aide. Ils y sont arrivés vers 21 h 00. Ensuite, cette force conjointe ainsi que 20 membres de la Force opérationnelle 52/DY se sont déplacés pour effectuer des raids sur l’honai (maison traditionnelle papoue) qui est proche du poste TNI 521 et y ont trouvé six personnes.

Les six personnes ont ensuite été emmenées au poste 521 pour être interrogées. Après l’interrogatoire des six personnes, plusieurs noms ont été obtenus, à savoir Gumungga, Palsu, Barinus et Deki qui étaient soupçonnés d’avoir volé des armes.

Par la suite, 20 membres des troupes conjointes TNI/Polri se sont rendus à Kalimame pour poursuivre et fouiller l’honai de Barinus. Cependant, aucune arme volée ou les quatre personnes suspectées d’être les auteurs du vol n’ont pas été retrouvées. L’honai de Barinus a alors été brûlé. Les recherches se sont poursuivies dans l’entrepôt proche d’honai mais en vain.

À 2 h 15, un coup de feu a été entendu en direction de Kilonggame et on soupçonne que les armes volées se trouvaient déjà dans la région de Kilonggame (à environ 5 km du poste de police de Sinak). A 03.00, l’opération de poursuite a été temporairement suspendue.

Jubi a essayé de contacter le chef des relations publiques de la police provinciale de Papouasie, Ahmad Musthofa Kamal, via Whatsapp, pour obtenir des informations de la part de la police. Cependant, jusqu’à ce que cette nouvelle soit diffusée, il n’y a pas eu de réponse. De même, le chef de l’information de Kodam XVII/Cenderawasih, Aqsha Erlangga, n’a pas fourni d’informations concernant l’information et la chronologie de l’arme volée.

Yuliana Lantipo, Hengky Yeimo et Aryo Wisanggeni ont contribué à la rédaction de ce rapport.

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Previous post Le traumatisme profond de la Papouasie en attendant le dialogue de paix
Next post SD YPPK Bilogai ouvre après une longue fermeture à cause du conflit armé à Intan Jaya