La Coalition des femmes porte le thème « Les femmes papoues, le militarisme et les investissements »

Jayapura, Jubi – Dans le cadre de la Campagne des 16 Jours d’activisme contre la violence basée sur le genre (16J), la Coalition des femmes pour sauver les papous organisera à nouveau un certain nombre d’activités à Jayapura. La série d’activités, dont le thème est « Les femmes papoues, le militarisme et les investissements », aura lieu pendant 16 jours, du 25 novembre au 10 décembre 2021.

La coordinatrice générale de la campagne 16J de la Coalition des femmes pour sauver les papous, Ani Sipa, a déclaré que la série de campagnes aura lieu en ligne et hors ligne. Sipa assure également que toutes les activités mettront en œuvre des protocoles sanitaires stricts.

La série d’activités comprend la discussion en ligne « Il n’y a plus d’oiseaux », qui documente 100 histoires de femmes touchées par l’accaparement des terres et la disparition des forêts dans les provinces de Papouasie et de Papouasie occidentale. Outre les discussions en ligne sur divers sujets, il y aura également des expositions de photos qui seront présentées pendant les 16 jours de la campagne, des projections de films documentaires, des ateliers, des concerts de musique, des spectacles de danse, ainsi que de la gymnastique et des promenades matinales ensemble.

Ani Sipa a expliqué que jusqu’à mercredi (24/11/2021), il y avait au moins 10 activités à réaliser. « Ces activités sont le fruit du travail conjoint de diverses communautés, ONG, organisations de jeunesse, institutions religieuses et individus. Le nom de notre organisation est la Coalition des femmes, mais l’esprit est pour tous. Nous espérons donc que tout le monde participera à cette campagne », a expliqué Ani Sipa à Jayapura.

Ani a déclaré que les parties impliquées dans cette série de campagnes étaient Papua Voice, GKI Synod JPIC, LBH APIK, Papuan Insight, P3W GKI, LP3AP, DE SAGOO Band, AJAR, Ruang Damai Foundation, Elsham Papua, KINGMI Women’s Department, FAMM Indonesia, WALHI Papua, GIDI Women’s Department, Papuaitukita, LBH Papua, CEDAW Papua Team, SORAK PATOK, KEWITA, ISBI Students, and United for Truth (BUK).

Un certain nombre de résidents qui se sont réfugiés dans les environs du bureau du régent d’Intan Jaya ont reçu une aide alimentaire dimanche (14/11/2021).

La campagne 16J commencera jeudi (25/11/2021), avec l’ouverture coordonnée par le Ministère de la justice, de la paix et de l’Intégrité de la création (KPKC) pour le Synode GKI en Papouasie. La coordinatrice de discussion de KPKC pour le Synode GKI en Papouasie, le révérend Magdalena Kafiar, a dit que l’ouverture de la campagne 16J coïncidait avec la commémoration de la Journée de prière des femmes asiatiques qui est également célébrée chaque 25 novembre.

« Le 25 novembre est non seulement le premier jour de la campagne 16J, mais il est également célébré chaque année comme la Journée de prière des femmes asiatiques. Ces deux événements se dérouleront ensemble par une prière commune dans le bâtiment Graha Sara du synode de GKI en Papouasie », explique-t-elle. Elle a également ajouté qu’après la prière commune, une discussion serait organisée sur l’histoire du mouvement des femmes et la situation actuelle des femmes papoues dans le cadre de la campagne 16J.

Les femmes et les enfants dans les zones de conflit

Les femmes, les enfants et les personnes âgées ont toujours été victimes des conflits dans un certain nombre de régions de Papouasie. Ani Sipa, qui est également Coordinatrice de la division des femmes à l’Institut d’études et de défense des droits de l’homme (Elsham) de Papouasie, a déclaré qu’au cours des trois dernières années, le peuple papou et en particulier les femmes, ont été touchés par le conflit en Papouasie. Le conflit armé en Papouasie s’intensifie et ne s’arrête pas.

Ani a rappelé les événements de la fin de l’année 2018 dans la régence de Nduga. Le conflit entre deux parties armées : les TNI/Polri et l’Armée de libération nationale de la Papouasie occidentale (TPNPB), a entraîné des attaques contre des établissements civils et, à ce jour, une grande vague de réfugiés.

Illustration photographique d’enfants d’âge scolaire dans la régence de Nduga, en Papouasie.

« Ils ont marché pendant des semaines pour se réfugier dans un certain nombre d’endroits autour de la régence de Nduga. Ils se sont réfugiés dans de très mauvaises conditions.  De tous les réfugiés, ce sont les femmes et les enfants qui ont le plus souffert. Certaines femmes ont même dû accoucher au milieu de la forêt pendant qu’elles étaient en route pour l’évacuation », raconte-t-elle.

Ani a également signalé que lorsque le conflit à Nduga n’était pas terminé, des conflits similaires ont surgi dans d’autres régions, comme ce qui s’est passé à Intan Jaya. Le conflit à Intan Jaya dure depuis la fin de 2019 et se poursuit encore aujourd’hui. Des conflits armés ont également eu lieu dans la régence de Puncak, la régence de Pegunungan Bintang et la régence de Maybrat.

Ani a exprimé que les femmes et les enfants étaient les groupes les plus touchés par le conflit armé en Papouasie. « Cette situation encourage les groupes de femmes en Papouasie à apporter leur soutien à travers cette campagne. Les femmes de Papouasie font entendre leur voix pour rejeter toutes les formes de violence et les modèles d’investissement en Papouasie qui font que les femmes papoues deviennent des victimes, directement ou indirectement », exprime-t-elle.

Ani a confié que la Coalition des femmes pour sauver les papous espère que la campagne 16J pourra sensibiliser le public à la vulnérabilité des femmes papoues dans les zones de conflit. Il est à espérer que la sensibilisation du public encouragera les mesures ou les politiques de Gouvernement pour traiter la situation des réfugiés locaux.

Monteur: Aryo Wisanggeni G

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Previous post Le commandant de TNI et le chef de la police nationale discutent de la gestion de la sécurité en Papouasie : Voici ce qu’ils ont discuté
Next post 60 000 civils réfugiés, le Conseil de l’Église papoue demande à l’ONU d’intervenir