Komnas HAM supervise des cas de violations présumées des droits de l’homme à Wamena, Paniai et Wasior

Komnas HAM avait également rencontré un certain nombre de responsables, dont le commandant de TNI, le général Andika Perkasa, et le chef de la Police nationale, le général Listyo Sigit Prabowo, afin que l’affaire puisse être traitée jusqu’au tribunal.

Jubi TV – Le président de la Commission nationale des droits de l’homme (Komnas HAM), Ahmad Taufan Damanik, a dit que la Komnas HAM supervise les cas de violations présumées des droits de l’homme qui se sont produits dans trois régions de Papouasie.

« Il y a trois cas qui sont actuellement supervisés afin d’entrer dans le processus légal suite à des allégations de violations des droits de l’homme dans ces cas. Ces trois affaires sont l’affaire Paniai & Wamena (Papouasie) et l’affaire Wasior (Papouasie occidentale) », a précisé Ahmad Damanik à Antara à Jayapura, lundi.

Il a ajouté que la Komnas HAM avait également rencontré un certain nombre de responsables, dont le commandant de TNI, le général Andika Perkasa, et le chef de la Police nationale, le général Listyo Sigit Prabowo, afin que l’affaire puisse être traitée jusqu’au tribunal.

Il a affirmé que les deux responsables de TNI et de Polri avaient exprimé leur soutien. Komnas HAM a également demandé le soutien du chef de la police provinciale de Papouasie (Polda Papua) et du Commandant militaire régional (Pangdam) XVII/Cenderawasih, a-t-il poursuivi.

« Lundi, nous avons rencontré le Pangdam de Cenderawasih et le Kapolda de Papouasie », a-t-il raconté.

Il a expliqué qu’il existe deux options pour résoudre les cas de violations présumées des droits de l’homme : soit par la procédure judiciaire, soit par la Commission de vérité et de réconciliation (CVR). (*)

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Previous post Le Conseil des Églises de Papouasie apprécie les mesures prises par le Conseil des droits de l’homme des Nations unies pour écrire à l’Indonésie
Next post Solidaritas Rakyat Papua invite les Papous à défendre Haris Azhar et Fatia Maulidyanti