Enterrés au bord de la route, Yakob Meklok et Esron Weipsa deviennent un symbole du refus de l’expansion de la province de Papouasie

Jayapura, Jubi – Les corps des deux participants à une manifestation contre l’expansion de la province de Papouasie qui ont été victimes d’affrontements entre les manifestants et les forces de sécurité à Dekai, la capitale de la régence de Yahukimo mardi (15/3/2022), ont été enterrés à Dekai, mercredi (16/3/2022). Les corps de Yakob Meklok et Esron Weipsa ont été enterrés sur le bord de la route, comme symbole de la résistance de la communauté à l’autonomie spéciale et à l’expansion régionale imposées par Jakarta.

C’est ce qu’a déclaré le chef de la tribu Meek, Mathias Suu, à Jubi, mercredi. Il a expliqué que les corps de Yakob Meklok et Esron Weipsa ont été enterrés sur Jalan Gunung, près de la rivière Bonto, village de Tomon Satu, district de Dekai Kota, régence de Yahukimo.

Mathias Suu a affirmé que les familles des victimes ont accepté d’enterrer les deux corps sur le bord de la route, non loin du complexe de l’établissement tribal de Meek. Les familles des deux victimes ont déclaré qu’il s’agissait d’un symbole de la résistance de la communauté à la politique du gouvernement de Jakarta qui a imposé l’autonomie spéciale de la Papouasie et l’expansion de la province de Papouasie.

« Les familles des victimes ont demandé qu’ils soient enterrés au bord de la route, pour devenir un symbole du rejet de l’autonomie spéciale et de l’expansion régionale proposées par le gouvernement central. Nous les avons donc enterrés sur le bord de la route qui monte vers la montagne, près de Kali Bonto, juste devant l’entrée du complexe résidentiel de Meek. Nous les y avons enterrées pour que tous les passants puissent voir qu’il s’agit des tombes de ceux qui ont rejeté la formation de la Nouvelle Région Autonome (DOB).  C’est un symbole qu’il y a des victimes quand on refuse l’expansion régionale en Papouasie », a annoncé Mathias Suu.

Suu a raconté que l’enterrement des corps de Yakob Meklok et Esron Weipsa a eu lieu mercredi vers 14 h 30. Selon lui, des milliers d’habitants de 12 tribus de la régence de Yahukimo ont assisté aux funérailles.

« Ils ont été enterrés ensemble dans une seule tombe et escortés par des membres des près de 12 tribus de Dekai. Au début, certains hésitaient à venir en raison du traumatisme causé par le conflit entre les habitants le 3 octobre 2021. Cependant, après avoir été informés que ces deux personnes avaient été victimes de la manifestation contre la formation de DOB, tous les membres de la communauté et même les membres du gouvernement sont allés assister aux funérailles. Plusieurs membres d’organisations, des membres des peuples autochtones et des personnes de tous les groupes sont venus leur rendre un dernier hommage », a révélé Suu.

Mardi (15/3/2022), une manifestation contre l’expansion prévue de la province de Papouasie a eu lieu à Dekai. Au départ, la manifestation était pacifique et ordonnée. Les manifestants se sont relayés pour exprimer leurs aspirations à rejeter le projet de formation de DOB ou de nouvelles provinces. Les manifestants et la police également se sont négocient lorsque les manifestants ont demandé à la police d’amener les membres du Chambre régionale des représentants (DPRD) Yahukimo à accepter leurs aspirations.

Selon plusieurs sources contactées par Jubi, les affrontements entre les manifestants et les forces de sécurité ont eu lieu après qu’un policier portant un appareil photo ait pris des photos des manifestants. Plusieurs manifestants l’ont protesté. La protestation a dégénéré en une dispute entre les manifestants et la police, puis des jets de pierres ont suivi.

La police a alors tiré des gaz lacrymogènes et cela a rendu la foule chaotique. À ce moment-là, des coups de feu ont été entendus. La police provinciale de Papouasie a rapporté que deux habitants sont morts lors des affrontements : Yakob Dell et Erson Wipsa. Yakob Dell est mort d’une blessure par balle sous l’aisselle droite et Erson Wipsa d’une blessure par balle dans le dos gauche.

En outre, trois autres personnes ont été blessées lors des affrontements. Les trois autres sont le brigadier de police Muhammad Aldi (blessure à la tête), Itos Hitlay (blessure par balle à la cuisse gauche) et Luki Kobak (blessure par balle à la cuisse droite). L’incident a déclenché une émeute de masse qui a brûlé un certain nombre de magasins et de bureaux gouvernementaux à Dekai.

Le régent de Yahukimo, Didimus Yahuli, contacté par Jubi mercredi, a précisé que les corps de Yakob Meklok et Esron Weipsa avaient été enterrés. « La situation à Yahukimo est propice. Les corps ont été enterrés ensemble dans un seul endroit parce qu’ils sont de la même tribu, la tribu Meek », a précisé Yahuli à Jubi.

Bien qu’un certain nombre de magasins et de bureaux gouvernementaux qui ont été brûlés n’aient pas été réparés, il a indiqué que l’activité économique du grand public était revenue à la normale. « Les activités économiques et les services publics dans les lieux publics ont également fonctionné comme d’habitude dans de bonnes conditions », a-t-il indiqué.

Il a assuré que son parti prendrait des mesures juridiques contre les parties impliquées dans les affrontements post-manifestation. « Nous attendons toujours que les personnes qui ont mené et planifié les affrontements post-manifestation rendent des comptes sur la mort de deux personnes et l’incendie de plusieurs bâtiments », a assuré Didimus Yahuli.

Monteur: Aryo Wisanggeni G

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Previous post Après la fusillade de huit travailleurs de PT. PTT, les habitants de Tinggilibet et Dambet sont réfugiés
Next post La Komnas HAM RI n’a pas encore déterminé qui participera au dialogue et préfère se concentrer sur la réduction du nombre de violences