Conseil de l’Église papoue : Retirer les troupes et faire revenir les réfugiés d’abord, puis mener le dialogue

Le Conseil de l’Église papoue a déclaré que la Commission nationale indonésienne des droits de l’homme (Komnas HAM) doit obtenir un soutien et impliquer la société civile afin d’organiser un dialogue sur la problématique de Papouasie.

Jubi TV – Le Conseil de l’Église papoue a lancé lundi (21/3/2022) un appel moral concernant la situation actuelle en Papouasie, y compris le discours sur le dialogue sur la problématique papoue par la Commission nationale indonésienne des droits de l’homme (Komnas HAM). Le Conseil de l’Église papoue estime que le processus de dialogue doit commencer par le retrait des troupes TNI/Polri supplémentaires en Papouasie, ainsi que par le rapatriement des dizaines de milliers de civils qui ont été déplacés en raison du conflit armé en Papouasie.

C’est ce qu’a déclaré le Conseil de l’Église papoue dans un communiqué de presse à Sentani, la capitale de la régence de Jayapura, en Papouasie, lundi. « Nous considérons que le dialogue doit commencer par le retrait des militaires de Papouasie, y compris l’arrêt de l’ajout de troupes », a déclaré le président de Gereja Baptis Papua, le révérend Socratez Sofyan Yoman, à la lecture de la déclaration officielle du Conseil de l’Église papoue.

Le Conseil de l’Église papoue a noté que le gouvernement central continue d’ajouter des troupes TNI/Polri en Papouasie. Il a également indiqué que le déploiement des troupes TNI/Polri de plus de 10 000 hommes effectués depuis 2019 pour mener des opérations de sécurité de l’extérieur de la Papouasie vers la Papouasie a augmenté l’escalade du conflit armé en Papouasie et a donné lieu à de nouveaux cas de violence.

« La politique d’opérations militaires en Papouasie, qui a commencé en décembre 2018 dans la régence de Nduga, et s’est intensifiée après l’incident raciste de 2019 a créé des conflits dans six zones qui ont été stigmatisées par la suite comme des zones sujettes aux conflits, à savoir la régence de Puncak Papua, Intan Jaya, Maybrat, le district Suru- Suru dans la régence de Yahukimo, et le district de Kiwirok dans la régence de Pegunungan Bintang. Au même temps, les conflits et les violences entre les TNI/Polri et l’Armée de libération nationale de Papouasie occidentale (TPNPB) sont toujours en cours. En raison du conflit, environ 60 000 civils ont fui vers les régions voisines, y compris vers la Papouasie-Nouvelle-Guinée », a poursuivi Yoman.

Le Conseil de l’Église papoue estime que le processus vers le dialogue doit également être précédé par le rapatriement des dizaines de milliers de civils des différents districts déplacés par le conflit armé. « Nous demandons instamment au gouvernement de rapatrier plus de 60 000 réfugiés locaux dans leurs villages respectifs », a demandé Yoman.

Yoman a souligné que le Conseil de l’Église papoue a également reçu des rapports concernant divers cas de torture perpétrés par les TNI/Polri. Compte tenu de cette situation, le Conseil de l’Église papoue estime qu’il est urgent de procéder au retrait des troupes supplémentaires en Papouasie, en tant que première étape vers le dialogue.

« Nous avons également reçu des rapports concernant des tortures, des meurtres et des disparitions forcées subis par des gens, y compris des serviteurs de Dieu à Ndugama, à Intan Jaya et à Pegunungan Bintang par des membres des TNI/Polri. Plusieurs installations appartenant à des membres de la congrégation et appartenant à l’église ont été aussi prises par les troupes TNI/Polri. Nous continuons à témoigner et à pleurer la souffrance de nos congrégations dans la Papouasie, en particulier dans les six zones que nous avons mentionnées précédemment », a affirmé Yoman.

Le Conseil de l’Église papoue a également rappelé que le dialogue doit commencer par la fin de la procédure judiciaire engagée contre Haris Azhar et Fatia Maulidiyanti, deux activistes des droits de l’homme qui ont critiqué l’implication de militaires retraités et d’officiers de haut rang dans le secteur minier en Papouasie. La désignation de Haris Azhar et Fatia Maulidiyanti comme suspects pour diffamation du ministre coordinateur des affaires maritimes et de l’investissement, Luhut Binsar Panjaitan, est considérée comme ayant un impact sur d’autres activistes des droits de l’homme qui défendent également la situation des droits de l’homme en Papouasie.

Le Conseil de l’Église papoue a déclaré que la Commission nationale indonésienne des droits de l’homme (Komnas HAM) doit obtenir un soutien et impliquer la société civile afin d’organiser un dialogue sur la problématique de Papouasie. Si le dialogue est imposé sans aucun soutien de la société civile, le Conseil de l’Église papoue considère que le discours de dialogue lancé par la Komnas HAM n’est qu’un projet visant à détourner l’opinion publique et la communauté internationale vers divers cas de violations des droits de l’homme en Papouasie.

« S’il n’y a pas de soutien de la société civile, nous pensons que (le dialogue) est un moyen de détourner l’opinion publique des regards internationaux sur le gouvernement indonésien concernant les violations des droits de l’homme en Papouasie. Nous considérons également que le discours de Komnas HAM est adopté comme une image politique de l’État indonésien », a commenté Yoman.

Dans le même forum, le président du GIDI, le révérend Dorman Wandikbo, a questionné les mesures prises par la Komnas HAM qui a soudainement lancé un discours sur le dialogue papou. Wandikbo a remarqué que pendant tout ce temps, la Komnas HAM était restée silencieuse, puis, lorsque le gouvernement indonésien a été scruté par la communauté internationale, un discours sur le dialogue papou est soudainement apparu.

« Jusqu’à présent, où était la Komnas HAM ? Avant cela, il y a eu de nombreux cas (de violations des droits de l’homme) qui se sont produits en Papouasie », a questionné Wandikbo.

Il a rappelé que le gouvernement est responsable du rapatriement de 60 000 Papous indigènes qui ont été déplacés à cause des conflits armés dans diverses régions. Il a déclaré que la Komnas HAM devait s’occuper du rapatriement des réfugiés avant de mener le processus de dialogue. « Avant de mener le dialogue, Komnas HAM doit rapatrier les 60 000 réfugiés dans leurs villages respectifs », a-t-il déclaré. (*)

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Previous post Le bloc Wabu devient le centre du conflit entre les forces de sécurité indonésiennes et les groupes pro-indépendance papoue
Next post Kadepa demande au TNI d’enquêter les soldats qui travaillent dans les services de sécurité en Papouasie