Attendant la cohérence du gouvernement pour adopter la solution pacifique en Papouasie (Partie 2/3)

Jayapura, Jubi – Le directeur de l’Alliance démocratique pour la Papouasie (ALDP), Latifah Anum Siregar, a déclaré que l’intensité des échanges de tirs dans le conflit en Papouasie ne cesse d’augmenter de temps à autre. « Le conflit prolongé fait partie d’un cycle qui doit être arrêté. L’État a un rôle important à jouer dans la résolution des problèmes que pose le conflit en Papouasie », a-t-elle déclaré.

Siregar a indiqué que le conflit en Papouasie était un conflit idéologique où le TPNPB/OPM se battait pour l’indépendance de la Papouasie vis-à-vis de l’Indonésie, tandis que le TNI/Polri défendait l’État unitaire de la République d’Indonésie (NKRI). Habituellement, on parle « NKRI et pas d’autres » (NKRI harga mati) ou « Papouasie libre et pas d’autres » (Papua merdeka harga mati). Ce problème idéologique, si elle n’est pas réglée, entravera l’existence de l’OAP, a-t-elle dit.

Siregar a rappelé que l’État doit à nouveau se référer à la proposition de l’Institut indonésien des sciences (LIPI), en collaboration avec le Réseau pour la paix en Papouasie (Jaringan Damai Papua), qui a formulé les quatre causes profondes du conflit en Papouasie. Les quatre racines du problème sont : l’échec du développement, la marginalisation et la discrimination des Papous indigènes, la violence de l’État et les violations présumées des droits de l’homme, ainsi que les controverses sur l’histoire et le statut politique de la région de Papouasie.

« L’impact du conflit qui provient des quatre causes profondes est ce qui fait de la Papouasie un étrange paradoxe. Il existe divers problèmes en Papouasie, tels que les violations des droits civils, politiques, économiques, sociaux et culturels. Cette problématique doit être discutée en examinant les recommandations des Papous », a-t-elle ajouté.

Siregar a estimé que la complexité du conflit en Papouasie ne peut être dénouée que si le gouvernement est prêt à faire une pause humanitaire pour arrêter la chaîne de violence en Papouasie. Le gouvernement doit également être responsable de la réalisation des droits fondamentaux, tels que l’éducation, la santé et l’économie pour l’OAP.

« On attend du gouvernement indonésien qu’il ne pense pas qu’en construisant des ponts et des infrastructures, il va résoudre le problème. Ce n’est pas ce qui devrait être servi au public. Si le traitement du problème en Papouasie est effectué avec une approche de développement des infrastructures ou des plans d’investissement par de grandes entreprises en Papouasie, alors le conflit ne prendra jamais fin. Le conflit ne sera pas résolu parce que (les mesures du gouvernement) ne touchent pas à la racine du problème », a-t-elle expliqué.

Siregar a mentionné que la criminalité et la violence en Papouasie se poursuivent parce qu’il existe une pratique consistant à négliger les auteurs de violence, ce qui a été sous le feu des projecteurs de nombreux experts. « Ces actes de violence doivent être résolus légalement afin que les gens fassent confiance au gouvernement », a-t-elle souligné.

Selon lui, le gouvernement doit avoir une perspective de « jeu à somme non nulle » pour mettre fin au conflit en Papouasie, lorsque la victoire d’une partie ne doit pas être considérée comme la défaite de l’autre partie. « S’il n’est pas arrêté, le conflit sera long et la société civile en sera victime. Parallèlement, la protection et le respect des droits des citoyens relèvent de la responsabilité de l’État. L’État doit donc résoudre immédiatement le conflit en Papouasie », a-t-elle appelé.

Usman Hamid, directeur général d’Amnesty International Indonésie, a déclaré que Jakarta manquait de cohérence dans la mise en œuvre de son programme de réformes en Papouasie. Il a donné l’exemple de l’incohérence du gouvernement dans la mise en œuvre de l’autonomie spéciale (Otsus) pour la Papouasie.

« L’Otsus est un terrain d’entente qui a été convenu sous les administrations du président Abdurrahman Wahid et de la présidente Megawati Soekarnoputri pour médiatiser le désir d’indépendance de la Papouasie et le souhait de Jakarta que la Papouasie reste une partie de l’Indonésie », a-t-il rappelé.

Usman a expliqué que l’Otsus prévoyait plusieurs mesures très importantes, notamment l’octroi d’un pouvoir politique autonome à l’OAP et la protection des droits traditionnels de ce dernier. L’Otsus prévoit également l’octroi d’une autorité culturelle par l’intermédiaire du Conseil du peuple papou (MRP), de sorte que toutes les ressources naturelles de la Papouasie et les politiques stratégiques concernant la Papouasie sont mises en œuvre avec l’approbation du MRP en tant que représentation culturelle de l’OAP.

« Dans l’Otsus en Papouasie, il y a également plusieurs obligations fondamentales du gouvernement pour résoudre les cas de droits de l’homme, notamment en créant une Commission des droits de l’homme (Komnas HAM) en Papouasie, en créant une Commission de vérité et de réconciliation en Papouasie et en créant une Cour des droits de l’homme basée en Papouasie. L’ensemble du programme de réforme décrit dans le document de l’Otsus ne fonctionne pas, l’une des principales raisons étant l’incohérence du gouvernement », a affirmé Usman.

Usman a également constaté que l’incohérence du gouvernement se traduit par la division de la province de Papouasie en deux parties, Papouasie et Papouasie occidentale, qui a été effectuée avant la formation du MRP en 2003. Le MRP n’a été formé qu’à la fin de 2004 et la formation de la province de Papouasie occidentale est devenue une controverse parmi les acteurs politiques de Papouasie.

Cette incohérence se retrouve également dans la décision unilatérale du gouvernement central de réviser la Loi n° 21 de 2001 concernant l’autonomie spéciale de la Papouasie. Le 19 juillet 2021, le gouvernement a promulgué la Loi n° 2 de 2021 concernant le deuxième amendement à la Loi n° 21 de 2001 concernant l’autonomie spéciale pour la province de Papouasie (Loi sur le deuxième amendement à la Loi sur l’autonomie spéciale pour la Papouasie).

« Le gouvernement est en fait en train de retirer l’autonomie politique de la Papouasie au moyen de ce deuxième amendement à la loi d’autonomie spéciale. Il a formé un organe centralisé, par exemple une agence spéciale sous le bureau du vice-président, au point d’abolir les dispositions de l’article de la loi d’autonomie spéciale concernant l’établissement de partis politiques en Papouasie », a ajouté Usman.

Usman a souligné que le gouvernement a également fait preuve d’incohérence dans le domaine des droits de l’homme. Aucune des promesses et obligations du gouvernement pour résoudre les violations des droits de l’homme en Papouasie n’a pas été remplie.

« Cette impunité existe depuis tout ce temps, de l’ère du Nouvel Ordre (Orde Baru) à l’ère actuelle de la réforme (Reformasi). L’impunité signifie l’absence de punition. Personne n’a été condamné pour les crimes qui ont eu lieu en Papouasie, en particulier pour les violations des droits de l’homme », a-t-il poursuivi.

Usman a déclaré que jusqu’à présent, les meurtres illégaux, les exécutions extrajudiciaires, les enlèvements, les disparitions forcées, la torture et les déplacements forcés ont toujours lieu en Papouasie.  Toutes ces violations des droits de l’homme se répètent sans qu’aucun des auteurs ne soit pas puni équitablement.

« D’autre part, plusieurs fonctionnaires militaires qui ont été impliqués dans des violations des droits humains en Papouasie ont en fait reçu des promotions sans aucune sanction. La promesse du gouvernement indonésien en 2015, communiquée avant la session du Conseil des droits de l’homme de l’ONU, de porter l’affaire Wamena et l’affaire Wasior devant les tribunaux n’a pas non plus été tenue », a relevé Usman.

Monteur: Aryo Wisanggeni G

Partie 1                                              Partie 3

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Previous post Attendant la cohérence du gouvernement pour adopter la solution pacifique en Papouasie (Partie 1/3)
Next post Attendant la cohérence du gouvernement pour adopter la solution pacifique en Papouasie (Partie 3/3)