Attendant la cohérence du gouvernement pour adopter la solution pacifique en Papouasie (Partie 1/3)

Jayapura, Jubi – La Papouasie, une terre que l’on appelle un petit paradis tombé sur terre. Mais en fait, pour les Papous, la Papouasie ne ressemble plus à un petit paradis convoité.

Les conflits, les fusillades et la violence continuent d’entourer la vie des Papous indigènes (OAP). Depuis l’intégration de la Papouasie à l’Indonésie, la violence se poursuit. Sans parler des échanges de tirs entre les Forces armées indonésiennes et la Police nationale indonésienne (TNI/Polri) et l’Armée de libération nationale de la Papouasie occidentale/Organisation pour une Papouasie libre (TPNPB/OPM), qui sont de plus en plus fréquents ces derniers temps.

L’impact n’est pas seulement la mort des belligérants, mais aussi des victimes parmi les civils qui ne savent rien. Le même schéma de violence se répète toujours et devient même un cycle de violence et de résistance qui se poursuit de temps en temps.

Les Papous continuent de subir des discriminations, des intimidations et sont victimes de violations des droits de l’homme. Les civils – en particulier ceux qui sont victimes de violations des droits de l’homme, les descendants des prisonniers politiques et les enfants des troupes du TPNPB/OPM – n’ont jamais obtenu justice de l’État. À maintes reprises, des milliers de civils autochtones papous ont dû fuir par crainte de devenir les victimes de la mauvaise cible dans le conflit armé de plus en plus intense.

Le conflit prolongé a traumatisé les Papous. Ce traumatisme a poussé les descendants des militants de l’OPM et des victimes de violations des droits de l’homme à se battre contre ce que les forces de sécurité avaient fait à leurs familles.

D’autre part, l’État n’a jamais donné suite aux demandes de dialogue des différentes parties. Divers efforts ont été déployés par les Papous pour trouver des solutions et dialoguer. Cependant, la solution visant à faire de la Papouasie une terre pacifique n’a pas encore abouti. En réalité, le conflit prolongé a un impact sur la réalisation des droits fondamentaux des Papous en tant qu’êtres humains à part entière.

Les conflits ouverts entre les forces de sécurité et le TPNPB se produisent souvent au milieu de la salle de jeux des enfants. Dans les zones montagneuses du centre de la Papouasie, comme dans les régences d’Intan Jaya, Puncak, Paniai, Pegunungan Bintang et Nduga, de nouveaux conflits continuent de se produire, créant de nouveaux traumatismes pour les résidents locaux, en particulier pour les enfants qui sont témoins de la tuerie de leurs parents.

Qui est le directeur de la violence en Papouasie ? Comment le gouvernement évalue-t-il l’envoi de troupes TNI/Polri en Papouasie ? Pourquoi les divers cas de violation des droits de l’homme en Papouasie n’ont-ils pas été résolus ? Pourquoi les demandes faites au gouvernement de retirer les troupes TNI/Polri sont-elles toujours ignorées ?

Toujours plus de victimes

Le cinquième rapport de la Coalition internationale pour la Papouasie (ICP) documente les violences qui ont eu lieu de janvier 2015 à décembre 2016. Le rapport indique qu’il y a eu 16 cas d’exécutions extrajudiciaires qui ont eu lieu en 2015 – 2016. Le même rapport mentionne qu’un seul cas de meurtre qui a été légalement traité par un tribunal militaire.

Le gouvernement indonésien n’a montré aucune volonté de poursuivre les différents cas de violence perpétrés par ses forces de sécurité. La violence en Papouasie ne fait que répondre par la violence sans résoudre la véritable racine du problème. L’État, par exemple, ne montre aucun effort pour guérir les traumatismes des victimes de la violence et des violations des droits de l’homme.

Le septième rapport de l’ICP présente une analyse des violences survenues entre janvier 2019 et décembre 2020. Le rapport présente également des données compilées par l’ICP et West Papua-Netzwerk concernant le nombre de conflits armés en Papouasie occidentale entre 2017 et 2020.

Le document indique qu’entre 2017 et 2020, il y a eu beaucoup de violence à Tanah Papua. Le nombre d’affrontements armés en 2017 était de 24 cas, en 2018 il a augmenté à 44 cas, en 2019 il y avait 33 cas et en 2020 il y avait 64 cas.

Le nombre de décès des TNI/Polri est également en augmentation. En 2017, il y avait trois personnes, puis a augmenté à huit personnes en 2018, 18 personnes en 2019, et 11 personnes en 2020. En 2017, le nombre d’agents de sécurité qui ont été blessés était de huit personnes, et a augmenté à 15 personnes en 2018, 12 personnes en 2019 et 10 personnes en 2020.

Le nombre de morts du TPNPB en 2017 était de deux personnes et a augmenté à 12 personnes en 2018, 14 combattants en 2019, et 14 personnels en 2020. Le nombre de combattants du TPNPB qui ont été blessés en 2017 était de deux personnes, et a augmenté à quatre personnes en 2018, il n’y a pas eu de personnel TPNPB qui a été blessé en 2019, mais en 2020 il y avait un personnel TPNPB blessé.

Par rapport au nombre de victimes des deux parties, le nombre de victimes du côté civil était plus de deux fois supérieur au nombre de victimes des parties en conflit. Les données de l’ICP détaillent le nombre de décès causés par le conflit armé en Papouasie, qu’il s’agisse de victimes de la violence ou de victimes décédées lorsqu’elles se réfugient.

En 2017, trois civils sont morts et tous ont été victimes de violences présumées commises par le TPNPB. En 2018, ce nombre a bondi à 62 victimes. Au total, 25 personnes décédées ont été victimes de violences présumées commises par le TPNPB, tandis que 17 autres ont été victimes de violences présumées commises par les forces de sécurité. En outre, 20 résidents sont morts lorsqu’ils se sont réfugiés.

En 2019, 216 cas de décès de civils à cause des conflits armés en Papouasie ont été recensés. Sur ce nombre, 7 personnes décédées ont été victimes de violences présumées commises par le TPNPB et 13 personnes sont mortes parce qu’elles ont été victimes de violences présumées commises par les forces de sécurité. En outre, 196 civils sont morts lorsqu’ils se sont réfugiés.

Tout au long de l’année 2020, 213 civils sont morts à cause du conflit en Papouasie. Au total, 7 civils sont morts parce qu’ils ont été victimes de violences présumées commises par le TPNPB. Vingt civils sont également morts parce qu’ils ont été victimes de violences présumées commises par les forces de sécurité. En outre, 186 civils sont morts lorsqu’ils se sont réfugiés.

Les données de l’ICP montrent qu’en 2017, 12 civils ont été blessés à cause du conflit papou : trois personnes ont été victimes de violences présumées commises par des combattants du TPNPB et neuf autres ont été victimes de violences présumées commises par les forces de sécurité. En 2018, 15 civils ont été blessés : sept personnes ont été victimes de violences présumées commises par des combattants du TPNPB et huit autres ont été victimes de violences présumées commises par les forces de sécurité.

En 2019, 9 civils ont été blessés en raison du conflit papou, toutes les victimes de violences présumées commises par les forces de sécurité. En 2020, 26 civils ont été blessés : 16 d’entre eux ont été victimes de violences présumées commises par le TPNPB et 10 autres ont été victimes de violences présumées commises par les forces de sécurité.

Sindonews.com a publié le 17 janvier 2020 une déclaration du responsable de la Commission nationale des droits de l’homme (Komnas HAM), Gatot Ristanto, selon laquelle 53 incidents violents ont eu lieu en Papouasie en 2021. Ces événements ont fait 47 victimes et 24 d’entre elles sont décédées. Gatot a indiqué que les violences ont été perpétrées à la fois par le TPNPB et par les TNI/Polri sous diverses formes, telles que des fusillades, des tortures avec des armes tranchantes, ainsi que des incendies ou des destructions de bâtiments.

Tribunnews.com a également publié une déclaration du chef de la police provinciale de Papouasie, Mathius Fakhiri, qui a annoncé que 46 personnes étaient mortes à cause du conflit en Papouasie. Il a précisé qu’en 2021, 29 cas de violence auraient été perpétrés par des groupes armés dans les régences de Puncak, Nduga, Intan Jaya, Yahukimo et Pegunungan Bintang. Fakhiri a détaillé le nombre de morts parmi les civils, soit 19 personnes, 11 soldats de TNI, quatre membres de la police nationale et 12 groupes armés.

Monteur: Aryo Wisanggeni G

Partie 2                                             Partie 3

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Previous post LBH Papouasie demande à Brimob de quitter trois bâtiments scolaires à Yahukimo
Next post Attendant la cohérence du gouvernement pour adopter la solution pacifique en Papouasie (Partie 2/3)