575 réfugiés à Maybrat sont des enfants en âge scolaire

Jayapura, Jubi – Un total de 3 121 personnes dans la régence de Maybrat, en Papouasie occidentale, ont été déplacées en raison du conflit armé entre les Forces armées indonésiennes/la Police nationale indonésienne (TNI/Polri) et l’Armée de libération nationale de la Papouasie occidentale (TPNPB) après l’attaque du poste de Commandement de district militaire (Koramil) Persiapan Kisor le 2 septembre 2021.

Sur les trois mille réfugiés, 1 342 sont des hommes et plus de 1 328 sont des femmes. Parmi tous les réfugiés, 2 546 personnes sont des adultes, des enfants en bas âge et des nourrissons, tandis que plus de 575 autres sont des enfants en âge scolaire (7-18 ans). Les réfugiés viennent de 50 villages situés dans cinq districts à Maybrat : le district d’Aifat Sud, d’Aifat Est, d’Aifat Extrême Est, d’Aifat Moyen Est et d’Aifat Sud Est.

La plupart des réfugiés se trouvent dans la régence de Sorong et la ville de Sorong. Ils se sont réfugiés chez leurs familles et ont construit des huttes dans la forêt. En dehors de Sorong, ils ont trouvé refuge dans les villages à Maybrat, Ayawasi, Kumurkek, Fategomi, Sud Sorong et la régence de Bintuni.

Un avocat de PAHAM Papua qui est membre de la Coalition civile pour les réfugiés de Maybrat, Yohanis Mambrasar, dans un communiqué de presse reçu par Jubi à Jayapura le vendredi (26/11/2021) a fait savoir que les réfugiés ont commencé à avoir des problèmes de nourriture, de santé et d’autres besoins économiques.

« Au cours du premier mois, ils ont été en mesure de répondre à leurs besoins grâce au soutien de leur famille et à l’aide du gouvernement », a expliqué Mambrasar. Cependant, a-t-il poursuivi, à partir du troisième mois, en novembre 2021, les réfugiés ont commencé à ne plus être en mesure de satisfaire leurs besoins alimentaires, sanitaires, économiques et autres besoins personnels.

Après l’attaque qui a tué quatre membres du TNI et blessé deux autres, huit civils ont été arrêtés et poursuivis (4 de ces 8 personnes sont des étudiants). Pendant ce temps, huit personnes sont mortes, tandis que 55 autres ont subi des violences directes sous la forme de persécutions, de tortures, d’intimidations, de fusillades et d’arrestations.

Entre-temps, un habitant s’appelle Manfred Tamunete a été abattu et arrêté par des officiers du TNI lors d’une inspection dans le village de Fuog, le 25 octobre 2021. Toutefois, les TNI/Polri ont confirmé que l’on ne sait pas où se trouve Tamunete. Ce conflit entraîne également des répercussions sur les habitants qui perdent leurs droits à la sécurité, à la santé, à l’éducation, au droit de culte et à la nourriture.

Le communiqué de presse explique qu’il y a 50 villages dans cinq districts de Maybrat. On y trouve six concessions d’entreprises d’une superficie de 573 824,96 hectares. Deux de ces entreprises sont des entreprises d’exploitation forestière, dont PT Bangun Kayu Irian (BKI) et PT Mitra Pembangunan Global (MPG), qui opèrent le long de la rivière Kamundan et en amont de la rivière Kais.

Sur le plan administratif, la zone de concession de la société couvre trois districts (Aifat, Aifat Est et Aifat Nord) sur les cinq districts existants. PT BKI et PT MPG appartiennent à une famille portant les initiales S. Durant l’ère Soeharto, l’entreprise familiale S avait droit à des millions d’hectares de concessions dans plusieurs régions de Papouasie. L’une de ses filiales est PT Intimpura Timber Co à Sorong.

Les forces de sécurité auraient construit des postes de sécurité dans la zone de la concession. Elles sont également soupçonnées d’empêcher les civils de retourner dans leurs villages autour de la zone de la concession. Le père Bernardus Baru, dans la déclaration de la Coalition civile pour les réfugiés de Maybrat, a exhorté le gouvernement, la TNI/Polri et le TPNPB à mettre en œuvre immédiatement un cessez-le-feu et à résoudre le conflit pacifiquement.

La coalition exhorte également le commandant du TNI et le chef de la police nationale à cesser immédiatement toute opération à Maybrat, à retirer toutes les troupes, à révéler où se trouve Manfred Tamunete et à le rendre à sa famille. Le gouvernement de la régence de Maybrat est également appelé à rapatrier immédiatement 3 121 réfugiés en leur fournissant des garanties de sécurité.

Elle a également recommandé au Chef de la police de la province de Papouasie occidentale, au Chef de la police de Maybrat, au Bureau du procureur supérieur (Kejati) de Papouasie occidentale, au Bureau du procureur (Kejari) de Sorong et au Chef de la Haute Cour (Pengadilan Tinggi) de Jayapura d’arrêter la procédure judiciaire concernant huit civils victimes d’arrestations injustifiées à Maybrat et de les libérer immédiatement.

Les institutions de défense des droits de l’homme, les chefs d’église, les académiques, les observateurs des droits de l’homme et les pays de la Pacifique, d’Asie, d’Europe, de Scandinavie, d’Amérique, d’Amérique latine, des Caraïbes et d’Afrique sont également invités à se joindre à la solidarité pour surveiller la situation des droits de l’homme en Papouasie.

Monteur: Kristianto Galuwo

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Previous post La campagne de 16 jours contre la violence à l’égard des femmes commence
Next post Le gouvernement est appelé à mettre fin à la violence contre les femmes papoues