194 prêtres catholiques appellent au cessez-le-feu en Papouasie

Jayapura, Jubi – Un total de 194 prêtres catholiques de cinq diocèses de Papouasie a appelé à un cessez-le-feu entre les TNI/Polri et le TPNPB. Les prêtres catholiques ont demandé aux parties belligérantes de donner la priorité au dialogue ou à la négociation entre les parties prenantes du conflit en Papouasie.

C’est ce qu’ont déclaré 194 prêtres catholiques de quatre diocèses de la province de Papouasie et d’un diocèse de la province de Papouasie occidentale qui ont signé l’Appel moral des prêtres catholique. Cet appel a été annoncé dans la paroisse du Christ Lumière du Monde, Waena, Jayapura, Papouasie, jeudi (11/11/2021).

L’appel a été lu par le père John Bunay, qui est également le coordinateur du Réseau pour la paix en Papouasie (JDP). « Nous demandons instamment à toutes les parties belligérantes, à savoir les TNI/Polri et le TPNPB, d’organiser immédiatement un cessez-le-feu/une pause humanitaire », a déclaré le père John Bunay.

Les prêtres catholiques ont insisté sur le fait que la violence ne résoudrait pas le problème. Ils ont également rappelé que le problème en Papouasie n’est pas seulement une question de bien-être, mais une question politique et idéologique des deux parties qui prennent les armes : les revendications pour une Papouasie indépendante et l’idéologie de l’État unitaire de la République d’Indonésie (NKRI).

Ils ont rappelé que la violence exercée au nom de l’idéologie a frappé les civils papous en Papouasie et que la violence est totalement contraire aux valeurs de Pancasila. Les Papous ont fait l’expérience que l’idéologie de Pancasila et la Constitution de 1945 qu’ils apprennent du gouvernement indonésien sont différentes de la réalité qu’ils vivent.

Ils ont rappelé que le gouvernement enseignait la valeur de la vie en tant que bon citoyen indonésien basée sur le Pancasila et la Constitution de 1945. Le gouvernement enseigne également des chansons telles que Dari Sabang Sampai Merauke (De Sabang à Merauke), Satu Nusa Satu Bangsa (Une seule terre natale, une seule nation), et Indonesia Tanah Air Beta (L’Indonésie, ma patrie). Les Papous sont éduqués à suivre la cérémonie du drapeau et à rendre hommage aux héros et au drapeau rouge et blanc.

Les prêtres catholiques ont souligné que le comportement et les actions des représentants de l’État en poste en Papouasie devraient refléter ces valeurs. Ils devraient également présenter un État qui protège tous les Indonésiens et ne pas commettre de violences contre les Papous.

L’État devrait être présent pour améliorer la vie de tous les Indonésiens par un développement équitable, en créant la justice et une paix durable pour tous les Indonésiens. Cependant, selon les prêtres, la réalité parle autrement.

Les prêtres catholiques soulignent le cas de la fusillade d’un enfant nommé Napelinus Sondegau (2 ans) dans la régence d’Intan Jaya, en Papouasie. Le 26 octobre 2021, Sondegau a été abattu lors d’une fusillade entre les TNI/Polri et l’Armée de libération nationale de la Papouasie occidentale (TPNPB) et est décédé.

La même fusillade a également blessé Yoakim Majau, un enfant de 9 ans qui est soigné à l’hôpital Mitra Masyarakat de Timika, dans la régence de Mimika. La fusillade des deux enfants s’inscrit dans une longue série de violences à l’encontre des Papous depuis 1969.

Après la fusillade des deux enfants, la violence s’est à nouveau produite. Une femme, Agustina Hondau, a été abattue dans le village de Mamba, district de Sugapa, Intan Jaya, mardi (10/11/2021). « Cette réalité fait que le peuple papou ne fait plus confiance au gouvernement indonésien. Ces violences ont conduit les Papous à croire que si la Papouasie continue à faire partie de l’Indonésie, le futur n’est pas clair. Par conséquent, de nombreuses personnes pensent que la Papouasie devrait être indépendante, séparée de NKRI », poursuit l’appel moral des prêtres.

Les prêtres catholiques ont exhorté le gouvernement indonésien à dialoguer immédiatement avec les Papous, en particulier avec le Mouvement uni pour la libération de la Papouasie occidentale (ULMWP), avec la médiation du JDP. Le dialogue pacifique devrait permettre de résoudre le conflit en Papouasie de manière humaine, en convenant d’une solution qui ne nuit à aucune des parties.

Le dialogue est devenu l’espoir et l’appel de diverses parties, y compris des pays de la Pacifique. L’Appel moral des prêtres catholiques exhorte également le gouvernement indonésien à permettre immédiatement au Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme de se rendre en Papouasie afin qu’il puisse voir et entendre par lui-même la situation concrète des droits de l’homme en Papouasie. « Cette visite a pour but d’empêcher un débat sur le blâme à l’Assemblée générale des Nations unies, ce qui est une honte », déplorent les prêtres.

Monteur: Aryo Wisanggeni G

 

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Previous post « De mécanismes de protection sont tout simplement ignorés » Les complices de Prabowo entourent le projet de stockage alimentaire qui menace l’environnement, les forêts de Papouasie et l’habitat des orangs-outans. (Partie 2 du rapport d’enquête)
Next post Les activistes exposent l’inégalité vécue par les femmes papoues